Total de visualitzacions de pàgina:

dissabte, 11 d’octubre de 2014

Conseil municipal de Perpignan. Quand le FN est soutenu par le maire UMP ça donne quoi ?

Conseil municipal de Perpignan.
Quand le FN est soutenu par le maire UMP ça donne quoi ?

Communiqué de la Fédération nord-catalane du Partit Nacionalista Català
Quand le FN représenté par Louis Aliot est soutenu par le maire UMP Jean-Marc Pujol la langue catalane est traitée chez elle comme une langue de seconde zone.
Bref rappel des faits :
« Le jeudi 25 septembre 2014 lors de la séance du conseil municipal de Perpignan, l’élue Annabelle Brunet a présenté en catalan et en français le projet d’installation d’un centre universitaire au cœur historique de la ville. Le Front National par la voix de M. Aliot a protesté s’insurgeant contre le « bafouage » [sic] de la langue française et le non-respect de la légalité. Le Maire, M. Pujol, loin de soutenir l’élue membre de sa majorité, a préféré donner raison à son opposant à la grande satisfaction des élus frontistes. »
Quelques observations :
-  Apparemment le consensus établi naguère par Jean-Paul Alduy n'est plus en vigueur. Quel était-il ? Les élus avaient le droit de s'exprimer en catalan à condition que leurs propos soient traduits.
- Jean-Marc Pujol ne respecte même pas sa propre charte municipale sur l'usage du catalan. Sans doute cherche-t-il de nouveaux alliés au sein de la population allogène ? Une nouvelle charte pour l'usage de l'arabe est-elle en préparation dans les cartons pour la prochaine élection municipale ?
- La caution catalane de l'UMP perpignanais n'a plus de raison d'être, en effet, Unitat Catalana, n'est plus que l'ombre d'elle-même. Un fantôme politique qui ridiculise le catalanisme, mais très médiatique.
- Le nationalisme nord-catalan a besoin aujourd'hui d'une jeunesse combative, préférant l'action aux cénacles bien-pensants où végètent des politiciens « compromis »… jusqu'à l'os. Ces individus qui n'ont rien d'autre à offrir à leur clientèle que les miettes moisies de la République. Malheureux les pauvres catalanistes naïfs qui se perdront dans les dédales de la politique tricolore !